Nicolas Hulot ou l’arbre qui cache une forêt bien flétrie !

DADyIsyXgAEsaVU

Nicolas Hulot ou l’arbre qui cache une forêt bien flétrie !

Communiqué de Adrien QUATENNENS – 18 mai 2017

Avec la nomination du premier gouvernement de son premier ministre, Edouard Philippe, Emmanuel Macron achève une habile opération de mise sous tutelle des partis politiques traditionnels. Elle avait commencé dès lors que de nombreux membres du Parti Socialiste ont fait le choix de le rejoindre pour ne pas rester sur un bateau dont le naufrage était annoncé. Elle s’est poursuivie lorsque François Bayrou a décidé de se rallier au candidat Macron qu’il caractérisait quelques semaines plus tôt de candidat des « forces de l’argent ». Le clou a été enfoncé avec la nomination d’un premier ministre de droite et, ce mercredi, de ce gouvernement qui est apparu sous nos yeux ébahis. Dans ce drôle d’attelage, Nicolas Hulot apparaît comme l’arbre qui cache une forêt bien flétrie. « Un ours polaire au Sahara » a dit aujourd’hui mon camarade Alexis Corbière, ou un chameau sur la banquise, chacun choisira ! On comprend mal ce que viennent faire Nicolas Hulot, son engagement écologique et sa critique du productivisme mondialisé, dans un gouvernement résolument productiviste et libéral dans lequel les choix économiques seront dictés par la droite d’un Bruno Lemaire ou du sarkozyste Gérald Darmanin.  Je comprends plus mal encore mes ami-e-s écologistes qui se réjouissent d’un tel fiasco. Je demande à me tromper. Car derrière l’arbre Hulot, que voit-on ? Gérard Collomb, François Bayrou, Jean-Yves Le Drian… C’est donc cela le nouveau monde qu’on nous promettait ? La plupart des personnes qui composent ce gouvernement, quelle que soit leur étiquette et même quand il s’agit d’une étiquette « société civile », incarnent l’affirmation des politiques libérales de droite menées successivement par LR et le PS, comme en témoigne l’exemple du Code du Travail. Ce n’est en rien le nouveau monde. C’est le vieux monde qui revient drapé dans du neuf et la promesse d’une offensive libérale et droitière maquillée dans un trompe l’oeil progressiste. Même à grands coups de communication, la comédie n’a que trop duré. Avec les élections législatives des 11 et 18 Juin, les français-e-s vont avoir l’occasion d’y mettre un coup d’arrêt. Il faut qu’il soit net. Avec Jean-Luc Mélenchon et les candidat-e-s de La France Insoumise, nous incarnons la force stable au milieu de cette cacophonie généralisée. Avec la mobilisation des électrices et électeurs, nous sommes en capacité de conquérir une majorité à l’Assemblée Nationale pour imposer à Emmanuel Macron la cohabitation nécessaire pour traiter enfin la triple crise démocratique, sociale et écologique dont son programme ne réglera rien. Aux législatives, il y aura finalement trois nuances de Macron représentées par les candidats En Marche!, PS et LR. Et il y aura le bulletin de vote France Insoumise pour balayer cette mascarade et mettre en oeuvre « L’avenir en Commun ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s