Nous achèverons ce que nous avons commencé !

2017-04-12_Llille_1557 copie

Crédit Photo : Stéphane BURLOT

Dimanche dernier, nous avons été 7 millions à voter pour « L’Avenir en Commun ». Ainsi, notre candidat, Jean-Luc Mélenchon, réalise un score national de 19,6%, presque le double de son score de 2012. Il y a encore quelques semaines, c’était inespéré. Incontestablement, la campagne du nouveau mouvement de La France Insoumise avec ses plus de 450 000 appuis citoyens a fait se lever un grand vent d’espoir dans le pays. Nous avons fait la campagne la plus innovante et enthousiasmante sur la forme, la plus sérieuse et méthodique sur le fond avec un programme chiffré et amplement détaillé. Nos rassemblements de masse et la puissance des discours de notre candidat auront marqué les esprits pour longtemps.

Malheureusement et malgré des résultats très serrés entre les 4 candidats arrivés en tête, cela n’aura pas suffit pour qualifier Jean-Luc Mélenchon au second tour de l’élection présidentielle. Pendant plusieurs semaines, les ennemis de la Constituante, du partage des richesses et de la planification écologique auront tout fait, usant et abusant des méthodes les plus méprisables, pour tenter d’éviter notre qualification. A leur renfort sont venus des soutiens du candidat d’un Parti Socialiste aux abois, foulant aux pieds l’accord de non agression entre Jean-Luc Mélenchon et Benoit Hamon. Même le Président de la République, François Hollande (relativement silencieux quand le Front National atteignait des sommets dans les enquêtes d’opinion) est sorti de son silence pour attaquer le candidat de La France Insoumise. Quel honneur ! Que celles et ceux qui ont cotisé à ce travail de sape soient avertis que les insoumis-e-s et les électeurs de Jean-Luc Mélenchon sauront s’en souvenir à toutes fins utiles. Si près du but, il va sans dire que la déception est grande. Il s’en est fallu de peu que commencent enfin les jours heureux que nous appelons de nos voeux.

Au lieu de cela, les citoyens se trouvent sommés de choisir entre l’extrême-marché et l’extrême-droite, le premier semant depuis des années la pagaille sociale qui sert tant le second. Les partis traditionnels du système, PS et LR, eux, sont balayés comme ils le méritent. Soyons clairs : La France Insoumise et son candidat sont l’antithèse du Front National. Nous le combattons démocratiquement sur le fond en toutes circonstances et sans avoir besoin d’attendre pour cela qu’il se qualifie au second tour d’une élection pour sauter à pieds joints dans l’enthousiasme du « barrage ». Si aucune voix de La France Insoumise ne doit se porter sur le Front National, Jean-Luc Mélenchon a bien fait de ne pas donner de « consignes ». Une consultation des 450 000 appuis citoyens de La France Insoumise va être organisée afin de dégager la tendance majoritaire du mouvement concernant ce second tour. Chacun fera alors ce que sa responsabilité lui dictera de faire. Nous refusons cependant les injonctions au vote « Macron » venant de ceux dont les politiques, reniements ou trahisons ont allègrement nourri la montée du Front National pendant des années. Si combattre le Front National sur le fond est pour nous une évidence, donner du crédit à un quelconque projet libéral pour le faire est une idée qui, elle, mérite d’être discutée.

Malgré l’échec cuisant de ne pas être parvenus à qualifier notre candidat au second tour de l’élection présidentielle, nous sommes confortés dans la stratégie que nous avons adoptée avec La France Insoumise. Jean-Luc Mélenchon réalise de très gros scores dans de nombreux endroits, et en particulier dans les grandes villes. A Lille, Roubaix, Tourcoing, Villeneuve D’Ascq, Faches-Thumesnil, il est tout simplement premier ! A Loos, il est deuxième à tout juste quelques voix de Marine Le Pen. Nous observons que partout où nous avons été à la rencontre des citoyen-ne-s pendant ces 15 mois de campagne de La France Insoumise pour présenter « L’Avenir en Commun », les résultats sont excellents. Cela est le fruit d’un travail acharné de nombreux volontaires enthousiasmés par le cadre posé par La France Insoumise et sa stratégie qui ne consiste pas à « rassembler la gauche » mais bien à « fédérer le peuple » autour de revendications sans se préoccuper des tambouilles politiciennes. Ce travail est le notre, il nous appartient de le poursuivre et il ne saurait être approprié par d’aucuns qui ont refusé notre méthode avant qu’elle ne fasse la preuve de son efficacité. Ainsi, les élections législatives du mois de Juin permettront aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon d’envoyer à l’Assemblée Nationale des député-e-s insoumis-e-s parmi les candidats qu’il soutient, c’est-à-dire ceux de La France Insoumise, de son programme « L’Avenir en Commun » et du « Phi » qu’ils portent pour logo. Non seulement, l’insoumission sera une nécessité dans la prochaine Assemblée mais ce sera un moyen réel de faire vivre ce beau programme de « L’Avenir en Commun ».

Sitôt tombés de cheval, nous remontons en selle !

Pour ma part et puisque je suis le candidat de Jean-Luc Mélenchon et du mouvement de La France Insoumise sur la 1ère circonscription du Nord (Lille, Loos, Faches Thumesnil), je veux dire à nos électeurs qui ont porté Jean-Luc en tête de la circonscription à 30%  qu’aux élections législatives, ils peuvent compter sur moi : nous allons achever le travail commencé ! Que les bouffis de certitudes dans l’entre-soi des états-majors en soient informés !

Le combat pour redonner sens à nos existences continue puisque le pari de l’intelligence, lui, ne s’arrête jamais !

 

Adrien QUATENNENS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s