Benoît Hamon dans une impasse

 

François Hollande dans l’incapacité d’assumer son bilan devant les français en se présentant à l’élection présidentielle, Benoît Hamon est désormais le candidat du parti au pouvoir après avoir gagné sa primaire sur des thèmes de campagne proches de ceux de Jean-Luc Mélenchon, le candidat de La France Insoumise à l’élection présidentielle. Seulement, inévitablement vient le moment où les mots ne suffisent plus et où leur mise en perspective dans les actes est nécessaire sous peine d’évaporation instantanée. Dans le cas de Hamon, l’évaporation a déjà commencé. L’impossible synthèse entre l’aile droite du PS et les critiques de la ligne gouvernementale produit ses premiers effets sur le candidat « frondeur ».

Le PS a sifflé la fin de la récréation pour Benoît Hamon

« Mélenchon va le payer très cher » pouvait-on lire ce matin dans les colonnes du Parisien qui rapportait les propos d’un « proche de Benoit Hamon ».

Benoit Hamon et son équipe semblent en effet désormais plus pressés de refuser la main tendue de Jean-Luc Melenchon que de répondre à sa lettre sur le fond et sur les garanties qu’il demande. On comprend que c’est tellement plus facile mais c’est aussi tellement dommage. Dans ce concours d’incohérence, il apparait assez clairement que le premier secrétaire du PS et son aile droite (qui est aussi représentée dans la synthèse hybride que Hamon trimballe pour équipe de campagne et pour candidats aux législatives), a sifflé la fin de la récréation. Ils voulaient « siphonner » Jean-Luc Mélenchon, mais ce dernier les a contraints à la clarification en appelant Benoit Hamon à rompre avec les tenants de la ligne gouvernementale (faire un choix entre « eux » et « nous » parce qu’on ne peut prétendre tourner la page avec ceux qui ont écrit la précédente), d’une part. Et en exigeant de lui des garanties sur le fond (notamment sur la question essentielle des traités européens qui jugulent toute capacité à mener une politique sociale et écologiste ambitieuse) pour entamer sérieusement des discussions sur une base autre que la simple injonction au rassemblement à tout prix sur fond de prétendu danger Le Péniste, d’autre part.

Dans la droite ligne de Hollande : Premier renoncement 

Benoit Hamon n’ayant pas contacté Jean-Luc Mélenchon aussi rapidement qu’il s’y était pourtant engagé, ce dernier a souhaité mettre de l’ordre en prenant l’initiative de lui proposer un rendez-vous sur la base de la lettre qu’il lui avait adressée et rendue publique. Alors que ce fameux rendez-vous était convenu pour la semaine qui vient, la clarification de Benoit Hamon a pris de la vitesse ce week-end, mais pas dans le sens que l’on pouvait espérer : En l’espace de 24 heures, celui-ci a non seulement réaffirmé sa volonté de travailler à la construction d’un nouveau traité européen sans stratégie de rupture avec le cadre des traités actuels (et donc en parfaite opposition avec les garanties appelées par Jean-Luc Mélenchon dans sa lettre), mais il a aussi solutionné le problème soulevé par Jean-Luc Mélenchon de l’incohérence entre la promesse d’abroger la loi El Khomri et d’investir dans le même temps Madame El Khomri et les tenants de la ligne gouvernementale aux législatives : En effet, Benoit Hamon renonce à abroger la loi El Khomri ! Il se contentera de la modifier comme il l’a expliqué ce Dimanche midi sur RTL. Il n’y a donc plus de problème avec l’investiture de Madame El Khomri qui n’aura pas à faire campagne pour abroger sa propre loi ! Au passage, on remarquera que Benoit Hamon renonce à une promesse phare de sa campagne plus vite que François Hollande ne le fit lui-même !

Eviter la discussion en faisant croire qu’on la souhaite 

Dans ce contournement par le PS et son candidat de la clarification appelée de ses voeux par Jean-Luc Mélenchon, il y a un enjeu essentiel pour l’équipe de Hamon à ne pas apparaitre comme les fuyards qu’ils sont et à nous faire porter le chapeau du refus d’un rassemblement. Pour que la discussion sur le rassemblement avance avec ces gens là, il faut d’abord mettre sous le tapis tout ce qui dérange (les traités européens, les modalités de la 6ème République, les précisions sur la transition écologique souhaitée, les investitures aux législatives incohérentes avec la ligne du candidat à la présidentielle). Et bien, non ! Nous sommes de bon coeur ouverts à la discussion avec qui le veut mais pas à tout prix et certainement pas à celui de l’occultation de sujets aussi essentiels !

Le coeur d’EELV balance ?

Il semblerait d’ailleurs que nous ne soyons pas les seuls à exiger des garanties à Benoit Hamon comme préalables à la discussion car, même si on annonce déjà le ralliement du candidat EELV Yannick Jadot, les militants EELV, eux, semblent plus divisés sur la question. Il faut dire qu’ils ont déjà fait l’amère expérience de l’exercice du pouvoir avec le PS. Se laisseront-ils donc dévorer une nouvelle fois pour quelques postes leur permettant d’exister ? Nous le verrons bien assez tôt. 

La tambouille, nous n’en mangerons pas !

Avec Jean-Luc Mélenchon et La France Insoumise, nous ne participerons pas à la tambouille. Si Benoit Hamon est prêt à faire le choix de l’insoumission au service de l’avenir en commun des êtres humains, toute discussion est possible et souhaitable. S’il préfère tenter l’exercice de la synthèse en restant accrocher à un PS moribond qui l’entrainera  irrémédiablement avec lui dans sa chute, ce sera sans nous. Les français ne se feront pas avoir une deuxième fois par un coup du Bourget à la sauce Hollande !

Heureusement, quand on abuse de Hamon, au réveil il reste Mélenchon ! 

Les prises de position de Benoit Hamon durant le week-end amorcent le réveil de ceux qui auraient pu une fois de plus se faire berner par un Parti Socialiste qui n’est plus capable de rien d’autre que de faire illusion. Heureusement pour eux, ils se réveillent à temps car l’élection est dans 2 mois et le vote stable et sûr, celui de Jean-Luc Mélenchon et de La France Insoumise, est toujours à leur disposition et même à leur service pour passer à la 6ème République par une Assemblée Constituante, pour partager les richesses, pour engager la planification écologique, pour renouer avec le progrès humain et les grandes ambitions de l’Humanité et, pour faire tout cela, sortir nécessairement des traités européens sans quoi rien n’est plus possible. Sur cette base là, tout le monde est bienvenu !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s