Bref, François Lamy, député PS de l’Essonne et ancien ministre sous Hollande, briguera un cinquième mandat dans la 1ère circonscription du Nord !

Sauve qui peut !

L’approche des échéances électorales au Parti Socialiste est toujours un moment divertissant à observer. Mais cette fois, avec le naufrage du Hollandisme en toile de fond, l’agitation est poussée à son paroxysme. Chaque nouvel épisode apporte son pesant de purée en généreuses cuillerées que les protagonistes s’envoient à la figure. Burlesque ! Pendant que, pour la Présidentielle, le premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis se donne beaucoup de mal pour maquiller ce qui ressemblerait trop à un congrès du PS ou une compétition entre anciens ministres de Hollande en primaire de « La Belle Alliance Populaire » (dont on cherche toujours ce qu’elle a de « belle » et de « populaire » !), les élu-e-s, eux, s’inquiètent pour leurs sièges. L’opération « sauve qui peut » est lancée !

Alors ! Patrick, François, Martine ou Bernard ?

Dans le Nord comme ailleurs, le feuilleton a commencé il y a quelques mois déjà. Régulièrement, les lecteurs de la presse quotidienne régionale pouvaient suivre l’avancement de la discussion des notables du PS autour du plan cadastral des circonscriptions législatives. Passionnant ! La première circonscription du Nord (Lille Centre, Lille Sud, Lille Moulins, Loos et Faches-Thumesnil), prétendument acquise durablement au PS, n’est donc pas en reste ! Déjà à l’été, Le Monde titrait « Au PS, grandes manoeuvres autour de la première circonscription du Nord ». En effet, suite à la démission après quatre mandats du député Bernard Roman (depuis que François Hollande lui a proposé d’être président de l’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières), la voie était libre pour les prétendants à manger cette part de gâteau ! Plusieurs noms circulaient : Le ministre de la ville Patrick Kanner mais aussi Martine Filleul, première secrétaire de la fédération PS du Nord, ou encore François Lamy, ancien ministre, député de l’Essonne et proche conseiller de Martine Aubry, et dernièrement, Bernard Charles, adjoint au maire qui proposait sa candidature avec Elizabeth Masquelier comme candidats locaux contre Lamy le parachuté ! Ambiance.

Fin d’un faux suspense 

L’épilogue est désormais connu, la Convention Nationale du PS a tranché en faveur de François Lamy, sans vote des militants lillois et malgré que Bernard Charles ait alerté le premier secrétaire du PS contre ce qu’il considère être une désignation « illégitime » d’un « candidat de droit divin ». Surprise Party ! Et Patrick Kanner dans tout ça ? Il semblerait qu’il ait depuis décidé qu’il ferait prochainement sénateur ! Le désormais candidat, Monsieur Lamy, indique à la presse que le non-recours au vote des militants lillois s’explique « par le risque de division ». « La Convention Nationale, qui est souveraine, a pris en compte ce risque et voulu le rassemblement des socialistes ». La suite dira quelle sera la réaction des militants socialistes lillois, cela les regarde. Fin de l’épisode et c’est là l’information essentielle.

Martine jamais loin de François ou inversement

On sait donc enfin qui sera le candidat du PS aux élections législatives de Juin 2017 sur cette fameuse première circonscription du Nord. L’investiture de François Lamy clarifie ce point. Député de l’Essonne depuis quatre mandats, c’est dans le Nord que celui qui fût aussi ministre délégué à la ville dans le premier gouvernement de l’ère Hollande viendra briguer un cinquième mandat avant que Martine Aubry n’entende « l’imposer comme son successeur à la mairie » (selon La Voix du Nord). Les électeurs n’ont plus qu’à dire merci et mettre leur bulletin dans l’urne. C’est magique !

La fronde au pistolet à eau !

Maintenant qu’il est investi par le PS, l’ancien ministre va être contraint de prendre position. S’il bénéficie du soutien des importants autour de Martine Aubry et, par voie de conséquence, d’un réseau local bien construit, cela n’exonérera pas François Lamy de devoir prendre position pour la Présidentielle (quel candidat à la primaire soutient-il ? quel projet défend-t-il ?). Car pour le moment, face aux multiples renoncements de Hollande, l’équipe de Martine Aubry, François Lamy en tête, s’est davantage fait connaitre pour ses tirs au pistolet à eau sans que cela soit suivi d’actes de franche rupture ! François Lamy porte donc aussi sur ses épaules de députés de l’Essonne, le bilan de l’ère Hollande à laquelle il a participé au premier plan en tant que ministre et avant cela même, en tant que membre de l’équipe de campagne du candidat Hollande et des promesses alors formulées par temps d’élection.

Candidat pour nous expliquer le bilan de Hollande !

D’ailleurs, pour Monsieur Lamy, « le bilan du quinquennat est en partie mal connu » et il va s’employer à la tâche de « rappeler ce qu’on a fait (…) et de reconnaître ce qu’on n’a pas fait. » François Lamy juge par exemple le bilan de François Hollande excellent sur les questions éducatives. Pourtant, comme sur bien d’autres sujets, ce quinquennat aura été un quinquennat de mensonge sur les questions éducatives. Hollande avait promis la priorité à l’école or, après plus de quatre années, on constate les conséquences de l’austérité : Classes surchargées, fermetures de lycées professionnels, paupérisation de la condition enseignante… C’est aussi un quinquennat de brutalisation avec des contre-réformes comme celle des rythmes scolaires ou encore la réforme du collège qui sont imposées malgré l’opposition des enseignants, de leurs organisations syndicales et de bon nombre de parents d’élèves. Ces réformes construisent une école territoriale dont les conditions d’apprentissage et d’accès vont varier en fonction des situations locales. A cela, on doit ajouter la perte de contenu disciplinaire avec notamment les pertes d’heures de Français, d’Histoire, de Mathématiques dans le cadre de la réforme du collège. Quant aux « 60 000 enseignants embauchés » que brandit régulièrement avec fierté Monsieur Lamy comme preuve du succès de la politique éducative de l’ère Hollande, j’invite qui veut goûter de plus près cette soupe à l’enfumage à lire le décryptage de mon camarade Paul Vannier, Secrétaire National à l’Education du Parti de Gauche dont je suis membre, qui aide à faire le tri entre les « postes d’enseignants » stagiaires et titulaires, les postes de personnels administratifs, de vie scolaire et médicaux-sociaux (lien en bas de page). En matière d’éducation aussi, François Hollande a poursuivi la politique que la droite avait installée. Mais je suis certain que les citoyennes et citoyens de Lille, de Faches-Thumesnil et de Loos attendent avec impatience qu’un bon maître vienne leur expliquer en quoi le bilan du quinquennat Hollande peut être considéré comme bon ! Ca va être super ! Je souhaite donc bon courage au candidat investi par le PS pour son numéro d’équilibriste que nous suivrons avec attention comme nous avons suivi les épisodes qui lui ont précédé.

Activer un réseau ou convaincre les citoyen-ne-s ?

Pendant que lui active son réseau que nous n’avons pas pour conserver un siège dans la prochaine Assemblée, nous sommes, pour notre part, avec La France Insoumise, mouvement hors cadre de parti, et son candidat à l’élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon, à l’action sur la 1ère circonscription du Nord comme partout en France depuis des mois. Cet été, alors que la plupart des professionnels de la politique étaient en vacances, nous étions nombreux, volontaires et bénévoles, à dédier notre temps libre à aller à la rencontre des citoyen-ne-s pour l’accès aux droits et l’inscription sur les listes électorales avec la Caravane Insoumise. Nous avons pu y trouver la confirmation de ce que nous savions déjà : Ce quinquennat a achevé de dégouter nombre de citoyen-ne-s. « Voter pour qu’ils dégagent » est donc, loin de tout procès en « populisme », une aspiration profonde dans le pays. Depuis cet été, nous ne nous sommes plus arrêtés, intensifiant chaque jour notre campagne. Celle-ci vient de passer une nouvelle étape importante avec la publication de notre programme « L’Avenir en Commun » (programme de La France Insoumise pour les élections présidentielle et législatives de 2017). Ce programme issu d’un processus de plusieurs mois est le fruit d’un travail de co-élaboration pour enrichir considérablement celui de 2012, « L’Humain d’Abord ! ». Certes, nous voulons voter pour que la caste oligarchique au pouvoir dégage, mais nous voulons aussi et surtout défendre un projet positif pour le pays. Ainsi, notre programme développe 7 axes pour traiter méthodiquement la triple crise démocratique, sociale et écologique qui nous assaille. Ce livre-programme sera complété d’une quarantaine de livrets thématiques pour aller au bout de chaque grand sujet identifié. Il s’agit maintenant pour nous d’en assurer partout la diffusion au Peuple français. Disponible en librairie pour 3 euros, « L’Avenir en Commun » est un cadeau incontournable en cette période de fêtes de fin d’année. Pensez-y ! En attendant de nouvelles aventures…

Le lien vers le décryptage sur les “60 000 postes d’enseignants” : https://paulvannier.wordpress.com/2016/08/23/60-000-postes-de-lenfumage-au-mensonge/

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :